L'irrigation.

Le but de l'irrigation.
A première vue, on pourrait se demander pourquoi irriguer des oliviers qui sont des végétaux typiquement méditerranéens, donc parfaitement adaptés à la sécheresse. D'autant plus que nous sommes à la limite septentrionale de sa zone d'acclimatation et que (en théorie) nos arbres vivent dans un climat largement assez arrosé pour eux.
Comme toutes les plantes supportant la sécheresse, les anciens les cantonnaient dans les endroits arides et pauvres, où les autres plantes plus délicates n'auraient pas survécu. Si l'olivier produisait peu, on le mettait sur le compte de "l'alternance", qu'on croyait inévitable.
Oliveraie irriguée par goutteur.
Aujourd'hui, nous nous sommes s'aperçu que l'olivier est un arbre fruitier comme les autres et que, si on lui donne à boire pendant les seules périodes où il a soif, sa production de fruit est nettement améliorée, en quantité et en qualité.
Le climat de notre région, qui fait le bonheur des touristes, est caractérisé par de longues périodes de beau temps, entrecoupé de périodes pluvieuses courtes et parfois violentes.
Réchauffement de la planète ou pas, il faut bien se rendre compte que ces caractéristiques se sont amplifiées ces dernières années.

L'irrigation permet de :

Les besoins en eau de l'olivier.
Comme tous les végétaux, nos arbres sont confrontés à un cruel dilemme :
- Ouvrir les stomates de leurs feuilles (les pores de leur peau) afin de capter le capter le maximum de gaz carbonique et en extraire le carbone dont ils ont besoin ...
- Ou les ouvrir trop et laisser s'évaporer l'eau contenue dans les cellules.
Le jeu consistera donc à leur fournir assez d'eau pour leur permettre de respirer au maximum mais ne pas leur en donner trop pour éviter les problèmes sanitaires, de qualité de la production et de gaspillage.
En théorie, les besoins en eau de l'olivier sont fonction de la différence entre la quantité de pluie tombée et l'ETP (ÉvapoTranspiration Potentielle), c'est à dire l'eau reçue du ciel et celle qui y retourne par évaporation et transpiration des végétaux

Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez, en cliquant ici, un cours complet et très intéressant sur
les échanges entre l'eau et le sol

Il faudra donc moduler les apports d'eau en fonction des quantités de pluie tombée, de la température de l'air, de l'ensoleillement, des caractéristiques de rétention du sol et des besoins de l'oliviers à l'époque considérée.
Les besoins en eau de l'olivier sont surtout importants au printemps, en période préflorale et en Septembre Octobre, lors du grossissement du fruit.
Entre la nouaison et la sclérification du noyau (durcissement), c'est à dire entre la mi-Juillet et la mi-Août, l'arbre devra être rationné pour éviter d'obtenir des olives à gros noyau.
La nature étant bien faite, on voit donc que nos oliviers ont besoin d'eau justement pendant les périodes de l'année les plus arrosées. Un bon usage de l'irrigation sera donc, et uniquement, de palier au déficit d'eau de pluie. Tout excès engendrera des problèmes sanitaires, tel que le terrible pourridé, la fumagine, l'oeil de paon et, sans augmenter la production, donnera des olives obèses, sans goût, à gros noyau, qui se conservent mal et dont la maturité est sensiblement retardée.
En général, l'oléiculteur qui dispose d'un système d'irrigation dans son oliveraie, aura toujours tendance à exagérer les apports d'eau. Fort heureusement, il n'est plus nécessaire aujourd'hui de noter soigneusement les dates et hauteurs des dernières pluies et de faire des calculs compliqués pour définir les besoins de nos oliviers. Les nouvelles technologies nous indiquent très précisément quelles sont les quantités d'eau disponibles dans le sol. Ce sont les sondes tensiométriques et les sondes "Watermark". Voir au paragraphe [Le Matériel.] pour une explication complète.
Un peu en contradiction avec ce qui est dit ci-dessus, c'est durant le mois de Juillet et d'Août que les apports seront les plus importants, pour maintenir, malgré le rationnement, un taux d'humidité optimum dans le sol.
C'est durant cette période que les sondes tensiométriques seront le plus utiles. Elles permettent de rationner l'arbre sans l'assoiffer et de ne pas gaspiller une eau souvent précieuse et rare en cette saison.

Les procédés d'irrigation.
La plus ancienne méthode d'irrigation est à la fois celle qui demande le plus de travail, la moins efficace et celle qui gaspille le plus d'eau pour un résultat aléatoire.
C'est bien entendu le système par rigoles et écoulement d'eau dans des sillons creusés autour des oliviers. A moins d'avoir la chance d'accéder gratuitement à une quantité d'eau illimitée et beaucoup de temps à perdre, nous n'en parlerons même pas.

Une autre méthode non conseillée mais néanmoins envisageable est la méthode par asperseurs. Il y a toute sorte d'asperseurs : rotatifs et oscillants, tuyaux percés de trous, sprinklers.
Ce système à beaucoup d'inconvénients et très peu d'avantages : Les avantages sont :

Le procédé d'irrigation le mieux adapté aux vergers et qui est actuellement le plus efficace tout en étant le plus économe en eau est le système en goutte à goutte.
Chaque goutte qui sort du goutteur est immédiatement absorbée par le sol pour former, toujours au même endroit, un bulbe de terre humide que les radicelles de l'olivier auront tôt fait d'investir et de mettre à profit.

goutteur
La forme de ce bulbe dépend de la nature du terrain. En terrain léger et perméable, il sera étroit et profond avec des pertes d'eau par infiltration. En terrain gras ou lourd, il sera large et moins profond avec risque de stagnation de l'eau, ce que les oliviers n'aiment guère.
Dans le premier cas, il faudra augmenter le nombre de goutteurs, dans le second, il faudra veiller à ne pas exagérer les apports d'eau. En tout état de cause, dans les deux cas, l'idéal est 4 goutteurs par oliviers adultes.
bulbe
La première chose dont on a besoin pour arroser ses oliviers est bien évidement de l'eau. L'idéal est une eau de source constante et gratuite qui se déverserait dans un réservoir de capacité proportionnelle au nombre d'oliviers à irriguer. Cette capacité devrait correspondre à un bon mois d'arrosage pour éviter les pénuries au plus mauvais moment. Sachant qu'un olivier demande 80 litres d'eau par jour lors d'une sécheresse à l'époque de ses plus grands besoins, il est facile de calculer la taille du réservoir. Toujours idéalement, ce bassin se trouvera à une dizaine de mètres de dénivelé au-dessus de l'olivier situé le plus haut.
Comme l'idéal est rarement de ce monde, on devra souvent prendre un abonnement à la compagnie des eaux ou à la commune et s'assurer que cette eau n'est pas traitée au chlore. Si la pression du réseau est insuffisante, il faudra utiliser une pompe, soit pour remplir un réservoir situé au plus haut de l'oliveraie, soit pour mettre en pression le réseau d'irrigation.


Le matériel d'irrigation.
Les goutteurs :
Les goutteurs seront de préférence de type à débit constant. C'est à dire que, quelle que soit la pression de l'eau entre 1 et 3 Bars, le débit sera constant. Cela permettra de donner à chaque olivier la même quantité d'eau, quellle que soit la déclivité du terrain. Au-delà de 3 bars, c'est à dire 30 mètres de dénivellation, un régulateur de pression s'imposera.
Selon les types de goutteurs, le débit varie en général de 1 à 4 litres/heure. Certains goutteurs sont réglables dans cette échelle de débit mais coûtent plus cher et ne sont guère justifiés.


Les engrais liquide.
L'irrigation par goutte à goutte offre la possibilité d'amener, directement au niveau des racines et sans efforts, un engrais équilibré et directement assimilable au moment opportun.
Une pompe doseuse injecte dans le circuit d'eau une quantité prédéterminée de solution fertilisante. Cette solution fertilisante peut être fabriquée par soi même ou achetée toute faite dans votre coopérative habituelle.
Si vous désirez la faire vous même, il faudra veiller à n'utiliser que des produits qui se dissolvent complètement dans l'eau, à température ambiante et qui ne cristallisent pas dans vos réservoirs ou pire dans votre circuit d'irrigation.
On utilise généralement de l'acide nitrique (N), du nitrate d'ammoniac (N), de l'acide phosphorique (P), du phosphate monopotassique (P K), du nitrate de potasse (N K), du nitrate de calcium (N).
Certains produits apportent aussi des oligo-éléments comme le sulfate de magnésie ou le nitrate de magnésie.
Pour le dosage, il suffit de respecter les mêmes règles que pour les engrais "solides".
Nous l'avons dit, les avantages sont un gain de temps et d'effort appréciable et une disponibilité des engrais plus rapide et directement au niveau des racines, puisque c'est dans le bulbe de terre humide qu'elles sont le plus présentes.
Le principal inconvénient de ce système est le coût. En effet les prix sont nettement supérieurs aux engrais solides.
Un autre inconvénient est que la totalité du terrain autour de l'olivier n'est pas fertilisé. Au bout de quelques années, les zones où il n'y a pas de goutteurs deviendront stériles alors que la terre des bulbes humides sera elle peut être trop "grasse" et déséquilibrée.
Toutefois, ce système est sans pareil pour donner à nos oliviers leur dose d'engrais azoté au printemps. En effet, certain engrais solide comme le nitrate d'ammoniaque se dissous sans problème dans l'eau et peut être apporté de cette manière sans coût supplémentaire. On évitera ainsi les pertes lorsque la pluie tarde trop à le faire entrer dans le sol ou au contraire lorsque trop de pluie l'entraîne directement dans la nappe phréatique.