Le tri des olives après la récolte





Dans notre région, les olives à saler sont de meilleur rapport que l'huile. Leur aspect et état sanitaire sont donc de première importance. Hors on s'aperçoit que c'est durant les opérations d'effeuillage et de tri que les olives ont le plus de chance d'être abîmées.
En premier lieu, lorsque l'on relève les filets, il n'est pas rare d'obtenir un tas d'une centaine de kilos d'un mélange de brindilles, de rameaux, de morceaux d'écorce et d'olives. C'est excellent pour que la plupart des olives soient écrasées ou percées. Si l'on veut le maximum d'olives irréprochables, il vaut mieux prendre le temps d'enlever préalablement les plus grands rameaux et ensuite faire des petits tas.
Il est assez fastidieux et long d'enlever tous les rameaux et brindilles. Un accessoire rudimentaire est fort utile : C'est un cadre de bois porté par 4 pieds et dont le fond est constitué d'un grillage aux mailles de 4 à 5 cm. Il suffit de secouer ce grillage pour faire tomber les olives et les feuilles et retenir les rameaux.

Il faut maintenant trier les olives en séparant les olives des feuilles. Il existe plusieurs méthodes de tri plus ou moins sophistiquées :
- La plus simple est de ne rien faire et d'amener le tout au moulin. En effet certains sont équipés pour faire ce travail. Un petit conseil, renseignez-vous d'abord.

- Tri "au lancé"

C'est une méthode assez primaire qui demande des efforts mais qui fonctionne parfaitement. A l'aide d'une pelle, les olives et feuilles sont lancées en direction d'une toile tendue quelques mètres plus loin. Les feuilles, plus légères que les olives, vont tomber bien avant d'atteindre la toile.

- Tri au crible

Voilà un appareil facile à fabriquer par un bon bricoleur ou bon marché si on a la chance de le trouver et d'une redoutable efficacité.
Les olives roulent entre des lattes triangulaires. Les feuilles glissent dans les fentes et tombent au sol.

  

-Tri au tarare

C'est un ventilateur entraîné par une manivelle ou par un moteur électrique qui se charge de souffler les feuilles lorsqu'elles tombent avec les olives. Les feuilles tombent directement dans un sac et les olives dans une caisse.
Si nous voulons destiner la plus grande partie de notre récolte à la salaison, il reste à faire une des opérations la plus fastidieuse de l'oléiculture. Il faut trier les olives irréprochables de celles qui sont petites, vertes, marquées, blessées, véreuses, difformes, molles ou moisies.
Malheureusement pour nous, seule la première catégorie, les petites olives, peuvent être triées par une machine et non pas par nos yeux et par nos mains.
Ci-dessus la photo d'une calibreuse et d'un tarare inventés par un oléiculteur de notre région : "Le Calivent".